Tout est soi-même, tout est un       
(Spiritualité, ésotérisme, alchimie, conscience, éveil, non-dualité, unité, l'Un)       

mercredi 28 juin 2017

Tout est création.
On peut avoir un impact sur toutes nos relations ou futurs échanges, en pensant que tout se passera bien. Et rester avec cette forme-pensée positive créatrice dans la conscience, la présence, et la nourrir de bonnes énergies. La sentir en soi comme une certitude donnant de la joie (sensation du pouvoir créateur). Ainsi, lors de cette rencontre, il y aura un effet positif sur le mental du miroir (puisque soi-même). L'inconscience ne peut plus rentrer en jeu lorsque l'on reste soi-même dans la présence-consciente de l'instant-présent (donc sans mental).

mardi 27 juin 2017

Croire qu'un archange puisse se réincarner en humain, c'est comme de croire qu'un humain puisse délibérément se réincarner en fourmi. La distance dimensionnelle est à peu près la même. C'est impossible. Nous ne sommes qu'un seul être, on est dans tout en même temps, et le temps n'existe pas. Tout n'est qu'ici et maintenant en une seule et même chose.

lundi 19 juin 2017

Trouver ou réaliser sa mission d'âme, c'est ce qui est dit dans différents milieux spirituels, comme un impératif, avec parfois une petite liste de rôles déjà prédéfinis.
Alors, il n'est pas rare de voir certaines personnes déprimer, se dévaloriser, parce qu'elles ne savent pas quoi faire ni par où commencer, se croyant dans l'inaction. Ce qui crée de l'agitation (trouble et déconnexion).
Cependant il ne s'agit que du domaine du faire, d'une forme de conformisme : " Il faut faire comme tout le monde. Si on ne fait rien, on n'est rien ". Premièrement c'est impossible de ne rien faire, on est toujours en train de se transformer, et en vérité l'important c'est "être". Être ici et maintenant, en paix, avec soi-même. Se détendre, lâcher-prise, tout va bien. L'important c'est être quelqu'un de bien, c'est tout. Et le faire se fait tout seul.
Si l'on est quelqu'un de bien, on a déjà réalisé sa mission de vie. Le reste c'est du surplus, non-obligatoire, tout viendra si cela doit venir. Il n'y a pas besoin de faire quelque chose de plus pour faire ce qui doit être fait, ou pour se sentir (ou prouver) être quelqu'un aux yeux du monde (de son égo). Mais bien sûr, on peut suivre les opportunités, ce qui met en joie, les élans créateurs de l'être qui attire une autre sorte de faire quand c'est le moment et le mieux pour l'être.
On peut également constater, tout ce que nos autres moi ont réalisé, puisqu'il ne s'agit que de soi-même en tout être. Mais ce n'est pas parce que certaines choses sont déjà faites, qu'il ne faut pas les faire soi-même si cela est l'envie intérieure. Automatiquement, ces choses seront différentes.
La vraie connexion à soi-même (présence) dans l'instant-présent provoque le juste faire. Le faire est déjà là. La mission d'âme est déjà en train de se faire (même seul dans une grotte pendant 5 ans). Être l'être c'est avoir tout réaliser.
L'important c'est être, et le faire se fera toujours d'une manière ou d'une autre, on ne peut y réchapper. Parce que être, c'est faire.
La meilleure chose qui puisse être c'est se réaliser soi-même, qu'importe la façon.

mardi 6 juin 2017

Si l'on se sent seul, pas aidé, ne pas oublier que la Terre/le monde est la moitié de soi-même, représenté par le bas du corps (des pieds à la ceinture).
Dans tel cas, qui d'autre que soi-même ne s'aide pas, se délaisse ?
C'est donc une meilleure connexion avec soi-même et le rétablissement de pensées justes (avec une croyance basée sur le réel) qui ramène le rééquilibrage (les énergies), l'être à sa réalité (entier, complet et uni). Plus d'ancrage en nourrissant plus le bas (connexion d'amour avec la Matière).
La première des attitudes est de revoir ses croyances, avoir une meilleure perception, et de se défaire de pensées erronées et nuisibles.
Et enfin, de se nourrir à nouveau convenablement de ce que l'on est de la Terre, du monde, sans faire de dualité. Tout est un.

vendredi 2 juin 2017

Tous les enseignements où il y a écrit vous, où l'on parle à un vous, sont division/dualité. Donc mentalisé. L'illusion d'être deux, n'étant pas au même endroit, au même niveau. Dès qu'il y a un vous, ça sonne faux.
Il n'est pas bon de rechercher les siddhis (pouvoirs de l'ego), car de voir et de sentir des choses qui ne sont pas de son niveau, retarde d'autant plus sa vraie évolution qui doit être naturelle.
Les vrais pouvoirs viennent naturellement, par la transformation alchimique intérieure. Les rechercher, prouve son état d'insatisfaction/mal-être. Les obtenir par la voie non-naturelle et avec cet état n'apportent que nuisances et perturbations.
Un vrai maître n'initiera jamais à de telles pratiques (trop dangereux).
On n'a jamais été séparé de la source originelle. Tout est là, ici et maintenant. Un ailleurs n'existe pas. On y est toujours dedans puisqu'étant elle-même. Les croyances de division/séparation doivent être abandonnées.
De plus, tant que les croyances n'apportent pas bien-être, c'est qu'elles ne sont pas bonnes/vraies. En vérité, c'est tout ce qui n'apporte pas bien-être qui doit être abandonné.

jeudi 1 juin 2017

On est Dieu. Tout ce qui est est notre création. Il n'y a rien qui peut avoir un effet negatif sur soi si on ne l'a pas decidé.
On donne de la force aux croyances que l'on veut, celles qui jouent un rôle pour soi (uniquement), dans le ici et maintenant. Ce qui veut dire que ce qui est réel pour soi, ne l'est pas forcément pour quelqu'un d'autre et n'aura aucun effet sur lui. Soit ce n'est pas pour lui, soit il l'a dépassé.
Si l'on a peur de l'obscurité/de l'ombre, on l'alimente et l'amplifie. Si on lui porte de l'amour, on la transforme en lumière. Ses parties d'ombre, qu'elles soient intérieures (dans son corps) ou à l'extérieur sous la forme d'autres êtres (ce qui revient au même), il faut les utiliser comme une force, non pas pour se faire perdre ses énergies.