Tout est soi-même, tout est un       
(Spiritualité, ésotérisme, alchimie, conscience, éveil, non-dualité, unité, l'Un)       

lundi 7 août 2017

Tous les êtres sont tous des cellules de soi. Comment on les voit dépend de comment on se voit soi-même, et de ce que l'on a réalisé en soi.

dimanche 6 août 2017

Perdre ses énergies c'est ne pas être dans la réalité mais dans le mental, lorsque l'on manifeste un état inconscient et/ou négatif. En se divisant avec ce qui est, ne faisant plus un avec la totalité. Et bien sûr, il y a aussi les fuites, les points dans le corps qui manquent d'amour, de force de vie.

samedi 5 août 2017

Dans le présent seulement est la vie.
Sans pensée et sans dispersion est l'ici.
Le seul réel lorsque le mental se tait.
En observant du cœur de la nature la vibration.
Le maintenant où l'agitation n'est plus.
Quand le silence se fait alors seulement ça vit.
Hors du bruit intérieur se révèle la conscience.
Et tout entier à soi-même il faut être pour vivre.
En stoppant sa propre agitation passive et sans fin.
Et rester présent à soi, fixant son être dans l'attention.
En un seul point où demeure le vivant.
L'immobilité dynamique où la mort n'est plus.

mercredi 2 août 2017

Si tout le monde se prend pour la vague, alors personne ne va bien, même en faisant soixante-dix ans de thérapie en tout genre, trente-six ashrams et un millier de soins énergétiques, ou se disant coach en développement personnel et maître reiki... Parce que la vague est changeante et éphémère, elle est pensée et émotion, on ne peut fonder son identité là-dessus, c'est le moi-je. Notre vraie nature est la mer profonde, il suffit de rester tranquille, et s'apercevoir que l'on va très bien. Si l'on voit des êtres qui sont dans la vague, assurément c'est parce que l'on est au même niveau, et dans ce cas, ces êtres qui ne vont pas bien sont ses propres reflets en la fausse identité.
Savoir que l'on est la mer tranquille et profonde, c'est sortir de l'illusion. Il n'y a personne à éveiller, personne qui dort hormis soi-même. Car il n'y a personne dans la vague, à part les émotions et les pensées. Dans la réalité tout le monde va très bien, tout est parfait. Vouloir changer quelque chose ou voir quelque chose à changer c'est être dans la souffrance de sa vague d'illusion, s'identifier aux pensées/émotions. La seule chose à changer, c'est son identification, remettre sa conscience au bon endroit, donc se réveiller.
Les choses dont on est émotionnellement perturbé/affecté, ce n'est pas parce qu'elles existent que l'on veut les changer, mais parce qu'on les crée. Ce qu'il faut changer, c'est l'état à partir duquel elles sont créées : son inconscience. En pleine conscience ça n'existe pas, tout comme une identité dans une vague, tout comme un être souffrant. Tout ça n'existe que parce qu'on leur donne vie depuis son inconscience, son agitation mentale = une projection illusoire. Il n'y a que quand on rêve (donc en créant depuis son inconscience) que l'on peut voir ou vivre des choses qui ne vont pas. La réalité est la mer tranquille et profonde.
Voir aussi 24 juillet 2017

mardi 1 août 2017

Puisque l'autre c'est soi, et qu'on ne peut pas voir en son miroir quelque chose qui n'est pas en soi, alors il n'y a rien besoin de dire à l'autre, on peut tout dire à soi-même, et se changer, ce qui changera l'autre. Car cet autre, en tant qu'être divisé ou séparé de soi n'existe pas. Avoir besoin d'expliquer les choses à son miroir provient de l'agitation/déconnexion.

lundi 31 juillet 2017

Étant le tout on ne peut venir d'un monde en particulier, puisqu'on est tous les êtres. Qu'est-ce que le moi présent, son individualité ? Un point momentané de sa Conscience. Et comment parler d'un monde en particulier quand l'espace-temps n'existe pas, que tout est ici et maintenant ? Cet endroit d'où l'on croît venir, n'est juste qu'une expérience marquante que l'on a traversé/projeté, en vue de son union alchimique en soi et amplification universelle. On est le cœur et point central de toute chose, la Source, Pure Lumière, et on n'a jamais bougé.

Eipho l'enseignement d'une vie :
"L’âme si elle est une réalité et aussi un concept égotique. Nous avons tous une âme dans l’ego, parce que nous pensons toujours être divisés. Mais nous sommes l’énergie universelle faisant mouvoir tous les corps. Si nous sommes un, par conséquent l’âme est une. Il n’y a qu’une seule âme puisqu’il n’y a qu’une seule source : l’Âme universelle. Nous ne sommes pas séparés de la Source, ce que nous appelons notre âme n’est qu’un fragment proportionnel à notre division avec la Totalité. Il ne s’agit que de notre perception. Or, tout est fondu dans l’Un. L’individualité n’est qu’un état transitoire pour comprendre et atteindre cet Un, l’âme individuelle avec, elle n’est qu’un concept, un état mental éphémère. Les gouttes dans l’océan ne peuvent pas se séparer les unes des autres, elles sont en fusion constante. Seul le mental crée les séparations, mais ceci est une étape logique et nécessaire à l’évolution."
Lorsque nous réalisons que sommes Dieu - l’Un - la Source - l’univers tout entier, que nous sommes universels, que nous venons de partout en même temps, car étant le Tout, croire alors que notre origine provient d’un endroit en particulier est une illusion. Et savoir si nous avons des origines extraterrestres ou d’où nous venons ne se pose plus."
"La réalité des vies, des corps, des consciences, tout cela est à l’image de la Fleur de Vie. Tout est imbriqué. En vérité, dans ce que l’on nomme sa « conscience », « sa vie » ou « son corps », il y a d’innombrables autres corps, consciences ou vies les traversant sans cesse. Tout comme l’on traverse toute autre vie, conscience ou corps soi-même, exactement à l’image de la goutte dans l’océan, car il n’y a pas de séparation avec quoi que ce soit. Mais que sont tous ces corps, ces consciences ou vies ? Soi-même dans sa totalité universelle. Ce qui est capté ou interfère avec la conscience fragmentée (bulle « moi-je » dans la Fleur de Vie), dans ce qu’elle croit être au-delà d’elle-même et dans ce qu’elle croit ressentir/percevoir comme des connexions extérieures, correspond à ses propres ouvertures universelles."

Eipho-Guidance :
"Nos autres vies sont communes à tous.
Lorsque nous avons des souvenirs d’autres vies, ce n’est pas nous que nous voyons (au sens individuel) mais la conscience, et cette conscience est commune à tous, il suffit de s’y connecter. Donc, ce que nous appelons nos souvenirs ne sont pas nôtres mais universels, parce que nous ne sommes pas un corps en particulier mais tous les corps et toute la conscience (puisque un), et celle-ci circule à travers toute vie.
Ce dont nous nous rappelons, sont des points marquants de conscience qui viennent s’inclure dans notre cheminement actuel pour notre développement personnel. Mais aussi, marque le degré évolutif de conscience que nous sommes capable d’intégrer, c’est-à-dire, ce que nous atteignons de notre nature universelle.
Il n’est pas nécessaire de se rappeler d’autres vies, cela arrive naturellement si cela à quelque chose à nous apporter. L’essentiel est le déploiement de la conscience sur l’ensemble de la vie, donc la compréhension de ce que nous sommes au-delà des noms et des formes, non-limité à une ou des vies en particulier."
On ne peut jamais voir dans son miroir l'univers (donc tout ce qui vient à soi) autre chose que ce que l'on est soi-même.

dimanche 30 juillet 2017

Pour remettre quelque chose dans la réalité, il faut l'aimer, l'illuminer, et l'unifier (en soi). Parce que la réalité de toute chose est amour, lumière, et un.
On est dans son rêve quand on croit être dans un monde duel et divisé, où il peut y avoir de la dualité et quelqu'un d'autre que soi-même. C'est une l'illusion. On fait la démonstration de sa propre division et dualité intérieures.
Pour les burn-out, qu'est-ce qui peut faire revenir la vie, redonner des énergies ? Être dans la nature, contempler les arbres, communier avec eux par le regard. Et certainement pas être devant un écran.
« Tout est lumière Jardinial, mais pour explorer cette lumière, il faut bien y voir quelque chose. Considère que pour éclairer dans la Lumière, tu dois faire le noir, non pas te perdre dedans. » (Adattreya)
L’ombre n’existe pas, c’est l’être duel, séparé/divisé, donc dans son illusion qui l’a crée, et seulement pour lui-même.

mercredi 26 juillet 2017

La réalisation ne peut avoir lieu qu'en étant un avec tout. Non pas par la simple pensée ou croyance, mais par son propre accomplissement universel parmi la manifestation.

mardi 25 juillet 2017

C'est toujours un plaisir de regarder sa division, le jeu de son agitation. L'Illusion est divine.
Moi l'Un (peut-être le titre du prochain livre) :
- Retire-toi de la dualité, et vois que ton moi est sublimé.
(Lire la suite)

lundi 24 juillet 2017

Croire qu'il y a des êtres à éveiller ou qui ne sont pas éveillés prouve que l'on dort toujours, c'est une illusion. Cela montre que l'on n'est pas soi-même totalement éveillé.
Non seulement un extérieur divisé de soi (qui n'est pas soi) n'existe pas, mais de plus, ceci est une mauvaise identification avec qui l'on est, avec une vue erronée sur la(sa) réalité.
Tout est Dieu. Dieu est sa propre création qui s'offre à soi-même.
Tout est là pour être transformer en lumière, c'est-à-dire pour être vu tel que c'est : de la Lumière. Si l'on voit des densités à l'extérieur, elles ne sont qu'en soi.
Toute chose, tout être que l'on juge, que l'on considère inférieur, moins évolué, est un maître. C'est Dieu sous ses aspects différents pour nous faire évoluer. Quand Dieu est vu pour ce qu'il est, tout est Lumière.
Tout est la Source. Et il n'y a pas des parties de la Source qui échappent à notre pouvoir.
Mais si l'on sait que tout est Lumière, que tout est Dieu, tout est la Source, alors on peut faire son travail. Car il n'y a plus de problème quand on sait que ce que l'on donne comme éveil ou enseignement à travers autrui, est toujours pour soi, car autrui c'est soi. Forcément si l'on voit des choses à faire, à rectifier, ce n'est qu'en soi-même. L'univers est son propre miroir de l'instant.
La vie utilise l'ombre pour se réveiller doucement à ce qu'elle est : de la lumière.
L'humain a créé le nouvel ordre mondial pour se mettre dans la conscience.
Une fois dans la conscience, le nouvel ordre mondial disparaît.
L'ombre est le côté inconscient de la lumière.
C'est en mettant l'ombre dans la lumière qu'elle disparaît.
Merci à l'ombre de permettre le réveil, et de faire venir la lumière totale.
L'inconscience n'étant pas réalité, l'ombre a toujours été illusion.
Et c'est lorsque l'on est dans le faux, que la mort est.
Se mettre dans la lumière, c'est voir l'ombre illuminée.
Et ne plus faire de différence, tout est un.
Car la vraie nature de l'ombre étant la lumière, elle vibre aussi haut,
pour qui est sorti de la dualité et s'est illuminé.
Tout est soi-même.
Si ce que l'on prend pour l'ombre pose problème, c'est qu'il y a dualité avec sa propre ombre intérieure. N'étant pas assez connue ni aimée.
Il n'y a rien à l'extérieur qui ne soit pas en soi-même.
Tout est sa projection, son propre reflet.
Si l'on voit 75% d'inconscience collective, c'est qu'on est encore à 75% dans l'inconscience.
Quand on est à 50, le monde est à 50, ainsi de suite.

mardi 18 juillet 2017

Lorsque l'on parle de choses négatives, on répand les mêmes énergies que celles-ci propagent : peur, division, dualité. On les nourrit et on se met au même niveau. En agissant ainsi, on leur donne de ses énergies, on les amplifie.
"Lorsqu'un système ne plaît plus, on ne se bat pas contre lui, on arrête simplement de l'entretenir." (Krishnamurti). Il en est de même pour toute chose.
On est toujours au même niveau que ce contre quoi on se bat.
"Le guerrier croyant combattre l’ombre, ne fait que lui-même devenir ombre et obscurité, il s’autodétruit." (Eipho, l'enseignement d'une vie).
Cependant, tout a son utilité, sa raison d'être, expérimenté pour mieux être compris.
Mais que sont ces choses négatives ? Sa propre création inconsciente.
À tout moment, on peut reprendre en main son pouvoir créateur, et cesser de créer à partir de son inconscience un monde qui agit contre soi. Un monde duel qui n'est que le propre reflet et résultat de soi-même, de ses propres parts duelles.
Il n'y a pas à attendre x années que le monde change, tout peut se faire ici et maintenant, dans l'instant-présent, en soi-même, avec ses propres croyances, ses propres pensées, ses propres zones d'ombre.
Si on laisse libre cours à ses pensées inconscientes, duelles, projetant la peur, la division, le monde (donc ce que l'on crée) sera ainsi pour soi. Alors on juge, accusant le monde, et l'on montre de ce fait que certaines choses ne sont pas aimées en soi, qu'elles sont inconscientes, séparées et dans la division/dualité.
"On n'accuse plus sa création quand on sait qu'on est le créateur." (Eipho, l'enseignement d'une vie).
Il est donc bon de se réveiller, de reprendre en main son pouvoir créateur, et de ne plus laisser son mental à l'abandon créer n'importe quoi (création inconsciente = victime/cauchemar). De rentrer ici et maintenant, dans la réalité qui est unité, conscience et présence. Alors toute chose négative, tout mal, toute entité etc, n'auront plus d'effet sur soi, ça n'existera plus. Ça appartiendra à son moi-inférieur, lequel se trouvait dans une dimension duelle, plus petite, plus basse (se battant contre lui-même). Ce moi-inférieur doit être aimé, unifié, illuminé. Tout est de l'ordre de la transformation alchimique. Le monde est une création personnelle de l'instant-présent (résultat de ce que l'on est dans l'ici et maintenant). Tout ce que l'on voit, tout ce qui vient à soi est soi-même, son propre miroir. Tout dépend où l'on se place, et comment on voit les choses, comment on s'aime soi-même, quel travail on a fait en soi. Pour les uns c'est dualité/ombre, cela affecte (car non-réglé en soi-même), pour les autres c'est unifié/lumière, ça amplifie.
Il n'y a pas d'autre ombre que ce qui n'est pas illuminé en soi, pas d'autre mal que ce qui n'est pas aimé en soi, pas de dualité/division que ce qui n'est pas unifié en soi.
Lorsque l'on met tout son être dans la conscience, il ne peut plus arriver de choses inconscientes/négatives pour soi.

lundi 3 juillet 2017

Des croyances qui ne font pas du bien, c'est qu'automatiquement elles ne sont pas vraies, mal interprétées. On peut avoir du pouvoir sur tout, aucun être à l'extérieur peut venir négativement si on ne l'a pas soi-même décidé. Tout est soi-même. Chaque être à l'extérieur manifeste une part qu'il y a en soi, tout dépend si cette part est illuminée ou pas, dans l'amour et l'unité.
Les basses vibrations surviennent que lorsqu'on voit ses propres densités en basse vibration. Donc c'est qu'on ne s'aime pas assez soi-même.

samedi 1 juillet 2017

On est créateur du monde à chaque instant, dans l'instant-présent.
Notre pouvoir créationnel dépend de la force de la conscience en soi à la présence, ou de la présence en soi à la conscience (donc de son état d'éveil).
Ce qui semble venir à soi de par le monde comme négatif, ne sont que des zones inconscientes en soi projetées "inconsciemment". Alors les miroirs sont là (soi-même dans les autres êtres ou circonstances) et renvoient ce que l'on crée d'une manière ou d'une autre.
La cause n'est jamais extérieure, car un monde indépendant de soi n'existe pas. Tout est et arrive en fonction de l'utilisation et de la qualité de son propre pouvoir. Les miroirs renvoient toujours ce qui est juste, il ne peut en être autrement.
Il n'y a pas d'inconscience dans le monde autre que celle qui est en soi-même. Si le négatif est perpétué, c'est que le pouvoir créateur n'est pas encore pleinement ou correctement utilisé.

mercredi 28 juin 2017

Tout est création.
On peut avoir un impact sur toutes nos relations ou futurs échanges, en pensant que tout se passera bien. Et rester avec cette forme-pensée positive créatrice dans la conscience, la présence, et la nourrir de bonnes énergies. La sentir en soi comme une certitude donnant de la joie (sensation du pouvoir créateur). Ainsi, lors de cette rencontre, il y aura un effet positif sur le mental du miroir (puisque soi-même). L'inconscience ne peut plus rentrer en jeu lorsque l'on reste soi-même dans la présence-consciente de l'instant-présent (donc sans mental).

mardi 27 juin 2017

Croire qu'un archange puisse se réincarner en humain, c'est comme de croire qu'un humain puisse délibérément se réincarner en fourmi. La distance dimensionnelle est à peu près la même. C'est impossible. Nous ne sommes qu'un seul être, on est dans tout en même temps, et le temps n'existe pas. Tout n'est qu'ici et maintenant en une seule et même chose.

lundi 19 juin 2017

Trouver ou réaliser sa mission d'âme, c'est ce qui est dit dans différents milieux spirituels, comme un impératif, avec parfois une petite liste de rôles déjà prédéfinis.
Alors, il n'est pas rare de voir certaines personnes déprimer, se dévaloriser, parce qu'elles ne savent pas quoi faire ni par où commencer, se croyant dans l'inaction. Ce qui crée de l'agitation (trouble et déconnexion).
Cependant il ne s'agit que du domaine du faire, d'une forme de conformisme : " Il faut faire comme tout le monde. Si on ne fait rien, on n'est rien ". Premièrement c'est impossible de ne rien faire, on est toujours en train de se transformer, et en vérité l'important c'est "être". Être ici et maintenant, en paix, avec soi-même. Se détendre, lâcher-prise, tout va bien. L'important c'est être quelqu'un de bien, c'est tout. Et le faire se fait tout seul.
Si l'on est quelqu'un de bien, on a déjà réalisé sa mission de vie. Le reste c'est du surplus, non-obligatoire, tout viendra si cela doit venir. Il n'y a pas besoin de faire quelque chose de plus pour faire ce qui doit être fait, ou pour se sentir (ou prouver) être quelqu'un aux yeux du monde (de son égo). Mais bien sûr, on peut suivre les opportunités, ce qui met en joie, les élans créateurs de l'être qui attire une autre sorte de faire quand c'est le moment et le mieux pour l'être.
On peut également constater, tout ce que nos autres moi ont réalisé, puisqu'il ne s'agit que de soi-même en tout être. Mais ce n'est pas parce que certaines choses sont déjà faites, qu'il ne faut pas les faire soi-même si cela est l'envie intérieure. Automatiquement, ces choses seront différentes.
La vraie connexion à soi-même (présence) dans l'instant-présent provoque le juste faire. Le faire est déjà là. La mission d'âme est déjà en train de se faire (même seul dans une grotte pendant 5 ans). Être l'être c'est avoir tout réaliser.
L'important c'est être, et le faire se fera toujours d'une manière ou d'une autre, on ne peut y réchapper. Parce que être, c'est faire.
La meilleure chose qui puisse être c'est se réaliser soi-même, qu'importe la façon.

mardi 6 juin 2017

Si l'on se sent seul, pas aidé, ne pas oublier que la Terre/le monde est la moitié de soi-même, représenté par le bas du corps (des pieds à la ceinture).
Dans tel cas, qui d'autre que soi-même ne s'aide pas, se délaisse ?
C'est donc une meilleure connexion avec soi-même et le rétablissement de pensées justes (avec une croyance basée sur le réel) qui ramène le rééquilibrage (les énergies), l'être à sa réalité (entier, complet et uni). Plus d'ancrage en nourrissant plus le bas (connexion d'amour avec la Matière).
La première des attitudes est de revoir ses croyances, avoir une meilleure perception, et de se défaire de pensées erronées et nuisibles.
Et enfin, de se nourrir à nouveau convenablement de ce que l'on est de la Terre, du monde, sans faire de dualité. Tout est un.

vendredi 2 juin 2017

Tous les enseignements où il y a écrit vous, où l'on parle à un vous, sont division/dualité. Donc mentalisé. L'illusion d'être deux, n'étant pas au même endroit, au même niveau. Dès qu'il y a un vous, ça sonne faux.
Il n'est pas bon de rechercher les siddhis (pouvoirs de l'ego), car de voir et de sentir des choses qui ne sont pas de son niveau, retarde d'autant plus sa vraie évolution qui doit être naturelle.
Les vrais pouvoirs viennent naturellement, par la transformation alchimique intérieure. Les rechercher, prouve son état d'insatisfaction/mal-être. Les obtenir par la voie non-naturelle et avec cet état n'apportent que nuisances et perturbations.
Un vrai maître n'initiera jamais à de telles pratiques (trop dangereux).
On n'a jamais été séparé de la source originelle. Tout est là, ici et maintenant. Un ailleurs n'existe pas. On y est toujours dedans puisqu'étant elle-même. Les croyances de division/séparation doivent être abandonnées.
De plus, tant que les croyances n'apportent pas bien-être, c'est qu'elles ne sont pas bonnes/vraies. En vérité, c'est tout ce qui n'apporte pas bien-être qui doit être abandonné.

jeudi 1 juin 2017

On est Dieu. Tout ce qui est est notre création. Il n'y a rien qui peut avoir un effet negatif sur soi si on ne l'a pas decidé.
On donne de la force aux croyances que l'on veut, celles qui jouent un rôle pour soi (uniquement), dans le ici et maintenant. Ce qui veut dire que ce qui est réel pour soi, ne l'est pas forcément pour quelqu'un d'autre et n'aura aucun effet sur lui. Soit ce n'est pas pour lui, soit il l'a dépassé.
Si l'on a peur de l'obscurité/de l'ombre, on l'alimente et l'amplifie. Si on lui porte de l'amour, on la transforme en lumière. Ses parties d'ombre, qu'elles soient intérieures (dans son corps) ou à l'extérieur sous la forme d'autres êtres (ce qui revient au même), il faut les utiliser comme une force, non pas pour se faire perdre ses énergies.

mercredi 31 mai 2017

Tout est un. Il n'y a personne qui prend l'énergie de personne. C'est soi-meme qui n'est pas assez fort (fuite, blessure, division/dualité, peur, mauvaise croyance/pensée), donc perdant ses énergies au contact d'une autre partie de soi-même sous la forme d'un autre être.

lundi 29 mai 2017

Tout l'extérieur est son propre miroir. L'autre, c'est soi-même.
Ne voir que les problèmes en son miroir n'est pas possible.
Il y a des vérités pour soi en toutes choses, sinon cela ne viendrait pas à soi.

dimanche 28 mai 2017

Plus on vit à l'intérieur, enfermé, et moins on supporte la lumière, le soleil et la chaleur. Plus on s'affaiblit. Plus on porte des lunettes noires, et plus on fatigue ses yeux, qui supportent de moins en moins la lumière, nourriture divine, également assimilable par les yeux.
Le soleil est l'aliment divin numéro 1 ici sur Terre pour tous les êtres et formes organiques.
À moins que l'on médite la moitié du temps en faisant monter ses énergies, qu'on mange en conscience et qu'on entretienne de bonnes pensées, vivre entre quatre murs affaiblit.

samedi 27 mai 2017

Quand on sait qui l'on est, et qu'on le manifeste dans sa réalité, autrement dit Dieu, l'Un, la Pure Lumière, il n'y a plus deux êtres, deux identités, deux consciences divisées. Il n'y a plus d'extérieur qui pourrait avoir un effet négatif sur soi.
L'être ou l'entité qui pourrait survenir et auquel on pourrait donner crédit est vu en Pure Lumière et nous voit comme un soleil, il ne peut avoir d'effet sur soi, et il ne peut en être autrement.
Les effets négatifs surviennent lorsqu'on est dans la division/dualité/peur, mauvaise connaissance de soi, de sa nature véritable, une et illimitée.

vendredi 19 mai 2017

Tant qu'il n'emploie pas sa force féminine à égalité avec sa force masculine, l'homme n'atteindra jamais ses pleins pouvoirs.
Même s'il peut battre tous les hommes par sa force physique masculine, il s'autodétruit.
Il en est de même s'il n'utilise que son intellect.
Tandis que la force unifiée (masculin/féminin), est illimitée et ne peut être détruite.
La force qui demeure au centre, un avec tout, est immortelle.

mercredi 17 mai 2017

Ce monde est sa propre création pour évoluer. Il n'y a personne qui impose quoi que ce soit. Que ce soit dans les éléments de sa vie ou dans ce que l'on voit dans le monde. Qu'on en soit conscient ou pas, on a tout créé soi-même pour soi-même. Ce qui est valable pour tout le monde.

jeudi 11 mai 2017

Si l'on voit des gens qui ne sont pas dans l'unité, c'est que forcément les parties en soi qu'ils représentent ne le sont pas. On ne peut pas voir quelque chose à l'extérieur qui ne soit pas soi-même. Tout est sa projection.

vendredi 5 mai 2017

Illusion de croire qu'on puisse être supérieur à qui que ce soit. Illusion de croire qu'il puisse y avoir des êtres moins évolués que soi. Un autre n'existe pas, c'est toujours soi.
. On est tous au centre, dans le même point central, puisque ce centre lui-même (même ses autres soi : tous les êtres).
. Tous un seul et même être, qu'on soit une galaxie, un ange, un humain, une entité, un arbre ou un insecte, car on est tout cela en même temps, en une seule chose.
. On ne voit que soi-même, tout est un.
. Le temps et l'espace n'existent pas, donc il n'a jamais été question de la moindre évolution/ascension ni réincarnation en notre vraie nature/réalité totale, on est tous les corps, ici et maintenant.
. Personne n'est plus maître qu'élève, avec n'importe qui (et n'importe qui est soi-même). Tout est toujours à 50/50, autant de donner que de recevoir, d'une manière ou d'une autre, puisqu'on est le centre de toute chose, et tous un seul et même corps.
. Une hiérarchie n'appartient qu'à l'être duel et divisé, dans son illusion.
. L'ombre et la lumière ne sont une réalité que pour la ou les partie(s) duelle(s) en soi, donc créant les opposés, la dualité extérieure : son propre reflet, sa propre projection.

Mais qui est duel et divisé et dans son illusion s'il n'y a que soi-même ?
Soi-même dans certains de ses aspects multidimensionnels (autre partie de soi).

Il n'y a qu'une seule vie, qu'un seul être, qu'un seul corps, qu'une seule âme, qu'une seule conscience (universels), ici et maintenant, depuis toujours.

jeudi 4 mai 2017

Tout le monde se connaît, puisque tout le monde est soi-même.

Un être dit : "Je bénéficie d'une très grande énergie ce jour à travers mon canal, pour la recevoir connectez-vous à moi."
L'on pourrait penser que cet être (autre partie de soi) est dans l'ego/la division, et questionner : "Pardon, mais toute énergie n'est-elle pas universelle, donc accessible à tous, en soi-même ? N'y a t-il pas là, dépendance en une source extérieure, c'est-à-dire vous-même ? Ne devrait-on pas plutôt, diriger les gens vers leur propre source ou énergie intérieure ?"
Sur quoi il pourrait y avoir la réponse : "Moi-même ou quelqu'un d'autre, c'est toujours soi-même. Il n'y a pas non plus d'extérieur qui ne soit pas soi."
Alors assurément, le mental se calme, l'unité revient, et le silence se fait.

lundi 1 mai 2017

Il est bon de calmer son mental à propos de ce que l'on appelle la mission d'âme. On réalisera ce qu'on a à réaliser et on réussira ce qu'on a à réussir.

jeudi 27 avril 2017

Quand les humains en auront marre de remettre leur vie, leurs pouvoirs et leur liberté auprès de leurs parties obscures/inconscientes (en pouvoir dans le monde), ils pourront s'unir en un seul et même être, ce qu'ils sont depuis toujours.

mardi 18 avril 2017

Le véritable exploit n'est pas atteint par la force physique, mais par la transcendance sur sa propre matière. Quand le mental s'éteint et que le corps atteint sa dimension subtile.

mercredi 12 avril 2017

La matière et l'universel sont un.
La matière et la lumière sont un.
La matière et l'esprit sont un.

mardi 11 avril 2017

Qu'elle soit dans la lumière ou dans la matière, la sexualité est divine et sacrée tant qu'il y a respect et amour. Il n'y en a pas une qui soit au-dessus de l'autre.
Qu'on soit ange, humain ou insecte, on est tous au même niveau. Une hiérarchie n'existe que pour l'être divisé, s'identifiant seulement à son moi-je temporel, donc dans une illusion d'espace-temps.

samedi 1 avril 2017

Étant au centre de toute chose et n'y ayant jamais bougé, tout est toujours à 50/50, autant de donner que de recevoir, avec n'importe qui, d'une manière ou d'une autre. Tout ce qui vient à soi est complémentaire, quelque chose de bénéfique pour grandir.
De plus, on ne peut rien recevoir qu'on n'a pas projeté, qui n'est pas déjà en soi. Et puisque tout est soi-même, tout est là pour être transformé et uni avec soi. Parce que ces choses qui posent problème à l'extérieur, ne sont que des projections de parties inconscientes de soi, ou peu éclairées. L'ouverture, l'acceptation, la lumière et l'amour unissent et déploient dans l'universel.

dimanche 26 mars 2017

C'est le centre qu'il faut amplifier, non pas descendre ou monter, partir vers le haut ou à l'extérieur.
Le centre c'est le Cœur de soi-même, cœur de toute chose.
Et ce n'est pas la joie (état éphémère) qui doit être recherchée, mais le bonheur intérieur (état constant).
Le bonheur intérieur c'est le bien-être.
Toute chose qui nous pose problème, avec laquelle on a du mal, doit être vue en positif, pour travailler en soi, et amplifier sa force intérieure. Non pas s'en faire victime. Car en s'en faisant victime, il y a éternelle projection de cette chose en négatif, puisque non transformée à l'intérieur.

mardi 21 mars 2017

La vraie non-dualité est unité
Pour parler depuis la pratique, il faut avoir réaliser avec son corps.
Sinon cela restera toujours théorie/mental.
C'est ce qui a été réalisé dans la pratique qui est valable. Et la seule preuve de cette réalisation est le corps : son état solide (parfaitement ancré), en santé, énergétisé, totalement aimé et incarné.
Donc, aimer et accepter tout ce qu'il s'est passé dans sa vie, tout ce que l'on a été, illuminer tout ça. Et faire l'Union des deux principes au sein même de ce corps, dans le cœur.
Alors seulement l'enseignement qui est dispensé est réel, vivant, non pas conceptualisé ou édifié depuis l'intellect. Ce qui n'a aucune valeur. Car depuis là, il ne s'agit que du masculin, de l'esprit, ce qui donne obligatoirement division/dualité. Se coupant de la moitié de soi-même, ce n'est pas recevable, puisque pas dans la réalité.
La non-dualité est Dualité. C'est une évasion. Car pour qu'elle soit non-duelle, il faut l'appeler unité, et inclure le moi, puisqu'il est l'autre version, la complémentarité du non-manifesté. Le moi est aussi réel que lui. Le non-manifesté seul n'existe pas. Sans l'un pas l'autre. L'ego ou le moi sont Dieu. Le moi est la matière. Il n'y a pas de problème à s'identifier à la matière, à part quand on juge ou divise, qu'on a mal saisi ce qu'on est de Dieu. Dieu adore s'identifier à la matière, sinon il n'y aurait pas de milliards de points disant "je", pas de milliards d'êtres ressentant la vie en eux. La non-dualité c'est accepter le moi et pas le moi, savoir qu'on est les deux, alors c'est la vraie unité.
"La clef de l’illumination réside dans l’amour divin et universel porté sur son moi-je dans l’illusion. Quand celui-ci fait entièrement venir le divin en lui et le vibre totalement. C’est donc en tant que moi-je Dieu, qu’il faut illuminer le moi-je séparé dans l’illusion, pour qu’il se fonde avec tout, et devienne ce Tout. Quand l’un et l’autre ne font plus qu’un, alors il y a union des opposés, union des contraires, union de l’illusion avec la réalité. Un seul et même ensemble. Dieu est l’ego. Voir Dieu dans l’ego. Voir l’illusion en tant que Dieu. Partout, en tout, c’est soi-même : Dieu. L’illusion qui n’est pas Dieu est l’illusion. Seul l’être duel crée l’illusion (division - séparation...), et ne se voyant pas comme Dieu, il dit que l’illusion son reflet n’est pas Dieu. Il est donc le seul à avoir besoin d’illuminer sa nature de sa présence divine. Donc à s’aimer et à se chérir en tant que Dieu, pure lumière, pur amour, pure conscience. C’est tout ce qui n’est pas perçu comme Dieu qui est l’illusion. Rien n’est pas Dieu. La réalisation c’est de réaliser cela en soi, grâce à sa propre illumination. L’illumination est là, en vivant ici et maintenant la réalité de la(sa) Lumière. Ainsi la Lumière se fait, le voile de l’illusion se transperce." (Eipho-Guidance)
L'unité se fait en ressentant à nouveau, en s'ouvrant à son féminin, en l'accueillant, à égalité avec son masculin, au centre même de ce corps. Alors on lâche le savoir, la sensation d'être supérieur et on s'ouvre au cœur, au sentir, à l'amour, à l’humilité, à la compassion. On accepte de regarder en soi ce qui fait souffrir, et on accueille sa matière avec amour, donc son corps, tout ce que l'on a été, en soi et à travers tous les êtres, toute matière. Ce qui est la moitié de soi-même. Alors on s'ancre.
Le Ciel est la Terre dilatée, et la Terre est le Ciel condensé. C'est un seul et même ensemble. Le féminin/masculin, le Père/la Mère, le Ciel/la Terre, le manifesté/non-manifesté, tout cela est un, un seul et même ensemble, une seule et même chose. Lorsque ce n'est pas réalisé, il y a souffrance. C'est la dualité en soi. Il ne peut en être autrement. Parce que l'intérieur est égal à l'extérieur. On le voit bien, lorsque l'on fuit vers le haut, quelques bons états peuvent arriver, mais on retombe très vite car on ne peut pas s'échapper de soi-même. Son entier c'est la Matière et l'Esprit en un.
Alors quand cela est mise en pratique, là les enseignement dispensés sont recevables, car émis depuis ce qui est réalisé, le Cœur (cœur de toute chose, centre de tout). Le reste est théorie/mental, même s'il y a maîtrise de l'intellect, puisque restant dans le masculin, donc coupé = division/dualité, l'être souffre et ne peut se réaliser.
L'être réalisé a son corps réalisé. Étant donné que Matière = Esprit et inversement, la matière non-réalisée indique l'esprit non-réalisé.
(Voir les deux premiers livres EE et EG)

vendredi 17 mars 2017

On craint le 666 et le dualise quand on est dans la peur, quand on n'a pas affronté soi-même son propre 666.
Ce sont les enfers illuminés en soi qui donnent le paradis, et rien d'autre (Eipho l'enseignement d'une vie).
"Toute chose considérée comme portant malheur n’est que superstition liée à la peur." (Eipho-Guidance). Tout est neutre à la base.

vendredi 10 mars 2017

Tout est soi-même.
ou
Il n'y a rien qui ne soit pas soi-même.
Voir quelque chose qui n'est pas soi n'existe pas.
On ne peut pas voir à l’extérieur ce qu'on n'est pas à l'intérieur.
La division, la séparation, l'espace et le temps sont illusion.

vendredi 20 janvier 2017

Faire un avec tout, c'est l'unité, les bonnes énergies : un mental tranquille, sans jugement. On accueille, on se fortifie. Sinon c'est la dualité, les basses énergies : un mental faible, un corps faible.
Lorsqu'on accepte sa position et son niveau, on est en unité avec toute chose.

mercredi 18 janvier 2017

Il est facile d'être humble devant des choses que l'on admire, que l'on vénère, et qui ont de bonnes énergies. Mais être humble devant des choses avec lesquelles on a du mal, que l'on rejette et que l'on juge, n'est-ce pas plutôt ça la vraie humilité ?

mardi 17 janvier 2017

Cela ne sert à rien de dire à la division qu'elle est dans la division. Il ne faut plus l'être en soi, c'est tout.

dimanche 15 janvier 2017

Le bas est autant spirituel que le haut.
Le bas du corps autant que le haut
Les pieds autant que la tête
La Terre autant que le Ciel
l'Enfer autant que le Paradis
Parce que tout cela est un - même chose sous un aspect différent.
Qui divise, révèle sa propre dualité.