Tout est soi-même, tout est un       
(Spiritualité, ésotérisme, alchimie, conscience, éveil, non-dualité, unité, l'Un)       

dimanche 9 août 2015

Toute croyance est transitoire, à l'image du croyant et de son état.
Car il arrive toujours un moment où le mental se voit dépassé, et contraint d'abandonner ses vieux schémas, sous peine de faire souffrir le corps, énergie devant couler avec la vie (pure, sans rien accrocher ni retenir).
Soit on abandonne ce que l'on croit savoir d'acquis et de définitif en admettant que l'on puisse intégrer du nouveau, donc que l'on ne sache pas, soit la vie nous enlève le trop, ce qui ne sert pas ou plus, d'une façon plus difficile que si le mental avait été libéré et ouvert.

Si l'expérience de vie créée à partir de la croyance n'apporte pas bien-être, c'est qu'elle n'est pas bonne, ce n'est pas ou plus celle-ci qui doit être vécue.

samedi 1 août 2015

Il n'y a pas de création extérieure, autre que créée par soi-même, et qui pourrait échapper à son propre pouvoir (conscient ou inconscient). On est le seul et unique créateur de son monde (environnement proche, relations, événements, manifestations, circonstances...).
Avoir affaire à une création (monde) qui n'est pas son propre résultat est impossible.
Le monde extérieur est le reflet de soi-même, ce qui émane de soi, sa propre projection-création.
Ce que je vois, est ce que j'ai créé et ce que je continue de créer, que je sois maître de mes pensées ou non, que ce soit fait consciemment ou non.

L'illusion doit être considérée comme Dieu, car l'illusion est Dieu.
En effet, qui est le Créateur ? Qu'est-ce qui est projeté ?
Ce qui est projeté du Créateur (la Source) ne serait-il pas lui-même ?
La Création est le Créateur.
Dans la réalité, c'est l'Un.
Qui peut alors voir l'illusion ? L'ego, puisque étant le seul dedans.

La véritable nature du Créateur, donc ce que Je suis en vérité, est Pure Lumière/Pure Conscience.
Ce qui est projeté, se voit densifié à mesure de sa propre division, de la propre nature de son ego divisé/limité, de sa propre identification avec une conscience séparée (un corps), de son état de sommeil.